Sud Aviation Alouette III

Version agrandie et améliorée de l’Alouette II, l’Alouette III constitue une des plus grandes réussites en matière d’hélicoptères militaires. Elle est conçue au départ pour pallier les limites de l’Alouette II, notamment son manque de puissance au-dessus de 3000 mètres et ses capacités d’emport réduites. Une nouvelle motorisation permit de pallier à la plupart des problèmes, permettant ainsi au nouvel hélicoptère d’obtenir d’excellentes performances jusqu’à 5000 mètres. Une nouvelle cabine entièrement carénée et fermée fut aussi développée.

Le premier prototype, SE-3160, débute ses essais en 1959 et fait une apparition remarquée au salon du Bourget la même année. Très vite, les militaires et les civils montrent un intérêt certain pour l’Alouette III. Ses capacités de transport (5 passagers sur la version SA-316B, 6 sur la SA-316C), la possibilité de monter un treuil de 175 kilos et la grande cabine en font notamment l’appareil idéal pour les missions d’évacuation sanitaire. Son puissant moteur permet de bonnes performances à haute altitude, mais aussi dans les milieux chauds, ce qui en fait un appareil potentiellement intéressant pour de nombreux états. L’Inde fut un des premiers pays à manifester concrètement son intérêt : en juin 1962, la compagnie nationale HAL acheta une licence de production pour la version SA-316A, ce qui donna lieu à la production du HAL Chetak, dont 300 exemplaires furent produits entre 1965 et 1992. Un autre état, la Rhodésie, entraîna le développement d’une nouvelle fonction pour l’Alouette, le combat. Le prototype armé fut finalement abandonné, mais pas l’idée.

Au final, on peut évoquer trois versions principales :

- SA-316A : la première version de série
- SA-316B : dotée d’un nouveau rotor, remplace la précédente version sur les chaînes à partir de 1968. 230 unités furent produites sous licence en Roumanie (IAR-316B), et 60 en Suisse (F+W Alouette 316S). Le SA-319B est un développement de la 316B, équipé d’un moteur Astazou XIV de 870 ch, détaré à 600 ch ; elle remporte un immense succès commercial
- SA-316C : dotée d’un moteur Turboméca Artouste IIID de 870 ch, détaré à 660 ch, peu produite

Performante, fiable, jouissant d’une excellente réputation, l’Alouette III s’est très bien vendue. Sans être trop chauvin, il serait presque plus facile de lister les pays qui n’ont jamais possédé d’Alouette III que ceux qui en ont aligné. 1453 appareils furent produits jusqu’en 1985, sans compter les appareils produits sous licence en Inde, Roumanie et Suisse, livrés à 92 pays et 190 utilisateurs dans le monde, notamment en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient. L’Alouette III a servi dans à peu près tous les rôles possibles et imaginables : entraînement, liaison, lutte antichar (équipée en ce cas de quatre missiles AS-11 ou HOT), sauvetage en mer ou en montagne, transport, etc. De nombreux exemplaires sont toujours en service ou tout juste réformés.

Repères

Type: Hélicoptère utilitaire

1er vol du prototype: 28 février 1959

Mise en service: 1961

Pays d'origine

France

France


Pays utilisateurs

France, Albanie, Argentine, Autriche, Belgique, Burundi, Cameroun, Tchad, Congo, Equateur, Ethiopie, Ghana, Grèce, Guinée-Bissau, Inde, Indonésie, Irak, Irlande, Jordanie, Liban, Libye, Malaisie, Malte, Mexique, Pakistan, Pérou, Portugal, Roumanie, Rwanda, Afrique du Sud, Suriname, Suisse, Tunisie, Venezuela, Zimbabwe.

Plan 3 vues

Plan 3 vues Alouette III

Données techniques

  • Version : SA-319B Alouette III
  • Motorisation : 1 turbomoteur Turboméca Artouste III
  • Puissance : 870 cv, détaré à 600
  • Envergure : 11 m
  • Longueur du fuselage : 12,82 m
  • Hauteur au sol : 3 m
  • Surface alaire :
  • Masse à vide : 1 146 kg
  • Masse maximale : 2 200 kg
  • Plafond pratique : 4 200 m
  • Vitesse maximale : 210 km/h
  • Equipage : 1 pilote

Profil

Profil Alouette III

Photos du Alouette III

Alouette III


Alouette III

Vidéos du Alouette III







5 commentaires

Laisser un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.