North American OV-10 Bronco

L’OV-10 Bronco est issu d’une demande émanant de l’US Marine Corps, réclamant un appareil de reconnaissance léger et armé. Par la suite, en 1963, un programme officiel baptisé Light Armed Reconnaissance Aircraft (LARA) fut lancée grâce à l’intérêt commun de l’US Navy, de l’US Army et de l’US Air Force. Ce programme avait pour finalité de doter les Etats-Unis d’un appareil bimoteur, entre autre doté de capacités de transport léger, et capable de lancer des attaques au sol. Au final, c’est le NA-300 de la North American qui fut choisi. Sept prototypes YOV-10A furent d’abord construits et testés en vol, avec deux motorisations différentes. A la fin, le OV-10A de série fut finalement équipé de deux moteurs Garett T76-G-10/12, plus puissants que les précédents moteurs testés.

Le Bronco n’a jamais correspondu aux canons de beauté des autres appareils de son époque. Sa configuration en était largement la cause. A une partie centrale comportant un cockpit biplace et un espace cargo, les ingénieurs de North American greffèrent une voilure droite et haute, elle-même supportant deux poutres-fuselages se terminant par un empennage bidérive. Deux des trois parties du train d’atterrissage rentraient dans les nacelles-moteurs. Par rapport aux prototypes, l’envergure du Bronco fut accrue de plus de trois mètres. Cette voilure fut particulièrement travaillée. Elle dota le Bronco de capacités ADAC, qui lui permettaient d’utiliser des terrains peu aménagés, d’apponter de porte-avions, et surtout d’en décoller sans avoir recours aux catapultes à vapeur. Le siège arrière de l’OV-10 pouvait être retiré, laissant la place à un compartiment arrière pour l’emport de matériel (jusqu’à 1450 kg) ou de personnel (5 hommes ou 2 civières). Grâce à cet espace, le Bronco pouvait effectuer aussi des parachutages de troupes ou de matériel, un atout non négligeable contre les guérillas, dans le cadre de missions COIN (COunter INsurgency). Le cockpit de l’OV-10 Bronco offrait en outre une excellente visibilité au pilote et au navigateur (en configuration biplace), assis sur des sièges éjectables zéro-zéro LW-3B. Prévus pour des décollages sur des pistes non équipées, les moteurs démarraient sans matériel externe. De plus, ils pouvaient tourner avec de l’essence d’automobile à la place de kérosène dans des cas d’urgence.

En matière d’armement, le Bronco était fort bien pourvu. En plus de 4 mitrailleuses M60C de 7.62 mm, le OV-10A pouvait emporter 2175 kg d’armement sous 7 pylônes externes: pods de roquettes ou de missiles, bombes et canons. La version OV-10D était plus axée sur des missions de surveillance, et l’attaque de nuit grâce à des capteurs FLIR et à un canon M-197 de 20 mm asservi au système de détection. Plus rapide qu’un hélicoptère mais plus agile et plus lent qu’un chasseur à réaction, pouvant également être embarqué sur porte-avions, le Bronco a longtemps servi avec succès au sein de l’US Marine Corps, tout particulièrement pendant la guerre du Vietnam. Robuste, capable d’opérer à partir de pistes courtes et sommaires, ce bimoteur fiable et polyvalent a été utilisé pour une multitude de missions : opérations anti-guérilla, escorte d’hélicoptères, support aérien rapproché, guerre psychologique et bien sur reconnaissance armée.

Environ 300 OV-10 Bronco ont été construits, dont 157 ont servi au Vietnam. Les Etats-Unis en furent naturellement le plus gros utilisateur : l’US Air Force mit en ligne 157 OV-10A et les Marines 114. Il est à noter que 15 appareils de l’US Air Force furent équipés, dans le cadre du programme Pave Nail, d’un système de localisation et de désignation d’objectif nocturne. Cet avion a été retiré du service aux Etats-Unis en 1994, mais il est encore utilisé par certains pays. Une demie-douzaine de Bronco servent encore en Colombie, contre les narcotrafiquants et les groupes rebelles locaux, et une quinzaine forment l’ossature des forces aériennes des Philippines, aux côtés de SF-260. Si la plupart des Bronco furent des OV-10A et des OV-10D, il en a existé d’autres versions.

Versions principales :

- OV-10A : version de base
- OV-10B : version destinée au remorquage de cibles, la OV-10B(Z) étant identique à la première, à l’exception d’un moteur-fusée d’appoint ; 18 exemplaires construits pour l’Allemagne de l’Ouest, tous retirés du service en 1990
- OV-10C/E/F : OV-10A exportés, respectivement à la Thaïlande, au Venezuela et à l’Indonésie
- OV-10D : évolution du Bronco, remotorisée par des Garett T-76-G-420/421 de 1040 ch chacun et équipée d’une nouvelle avionique et de lance-leurres

Repères

Type: Reconnaissance et attaque légère

1er vol du prototype: 16 juillet 1965

Mise en service: 1967

Pays d'origine

Etats-Unis

Etats-Unis


Pays utilisateurs

Etats-Unis, Indonésie, Venezuela, Thaïlande, Philippines, Maroc, Allemagne.

Plan 3 vues

Image non disponible

Données techniques

  • Version : OV-10A Bronco
  • Motorisation : 2 Garrett T76-G-412
  • Puissance : 2x 715 cv
  • Envergure : 12,20 m
  • Longueur du fuselage : 12,70 m
  • Hauteur au sol : 4,60 m
  • Surface alaire : 88,69 m²
  • Masse à vide : 3 261 kg
  • Masse maximale : 6 552 kg
  • Plafond pratique : 8 780 m
  • Distance franchissable : 2 000 km
  • Rayon d'action : 360 km
  • Vitesse maximale : 452 km/h
  • Equipage : 1 pilote (+ 1 observateur)

Photos du OV-10 Bronco

OV-10 Bronco


OV-10 Bronco

Vidéos du OV-10 Bronco







5 commentaires

Laisser un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.