Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Foxhound

Le MiG-25 Foxbat avait surpris les militaires occidentaux. Il les avait aussi terrifié, jusqu’à ce que la défection d’un de ces appareils au Japon leur fasse découvrir les limites du “mythe” Foxbat. Outre les habituels défauts liés à la production des usines soviétiques (contrôle qualité défaillant, finitions inférieures aux standards occidentaux…), les analystes de l’OTAN comprirent que le MiG-25 avait été taillé pour la vitesse, mais que tout avait été sacrifié à cette recherche de vitesse. Le Foxbat était incapable de prendre part à un combat tournoyant et difficilement pilotable à basse altitude. Pire encore, ses moteurs surpuissants étaient si fragiles qu’à vitesse maximale, ils se détérioraient encore plus vite. Enfin, leur consommation de carburant était telle que l’autonomie du MiG-25 à vitesse supersonique était bien trop faible. Aussi, dès 1975, les Soviétiques décidèrent de travailler à une version améliorée du Foxbat, à partir de la même cellule. Cette nouvelle variante était destinée à remplacer les MiG-25 dans les missions d’interception, ainsi que les vieux Tupolev Tu-128. En septembre 1975, un démonstrateur, le Ye-155P, effectua son premier vol. Les ingénieurs de l’OKB Mikoyan accrurent la part du titane et de l’aluminium dans la structure du nouvel appareil, changèrent la motorisation, augmentèrent la quantité d’essence embarquée et firent en sorte qu’il soit désormais possible de dépasser Mach 1 à basse altitude. Bientôt, les satellites de reconnaissance occidentaux détectèrent le prototype, au centre d’essais en vol de Ramenskoye, près de Moscou, où ils faisaient de fréquentes visites à la recherche des nouveaux matériels soviétiques. Après cette découverte, le mystérieux appareil retourna dans l’ombre : il faudra attendre 1985 pour qu’un pilote norvégien en fasse une photographie en vol, et le salon du Bourget, en 1991, pour qu’il soit présenté au public. Pendant ce temps, les Soviétiques firent de nombreux essais, utilisant une dizaine de prototypes et d’appareils de présérie, avant de lancer la production en 1979. On le baptisa MiG-31, l’OTAN lui attribuant la dénomination de Foxhound (chien courant).

Le MiG-31 ressemble beaucoup au MiG-25, à ceci prêt qu’il emporte un second membre d’équipage, chargé de l’armement et des systèmes embarqués. Ses ailes et ses entrées d’air ont cependant été agrandies, ce qui facilite les vols à basse altitude, mais limite sérieusement les possibilités de l’appareil en combat tournoyant, ce qui ne posa aucun problème aux Soviétiques, l’appareil n’étant pas destiné à ce genre de missions. Ses deux moteurs D-30-F6 sont théoriquement capables de le propulser à Mach 3, même si dans les faits, Mach 2,8 semble la véritable vitesse maximale. De grands réservoirs de carburant lui offrent une large autonomie : à Mach 2,35, un MiG-31 dispose d’un rayon d’action de près de 720 kilomètres. Les Soviétiques déterminèrent que quatre appareils étaient en mesure de couvrir une zone de patrouille de 800 kilomètres sur 900, ce qui convenait et convient toujours parfaitement pour la protection de l’immense espace aérien russe. Le rayon d’action maximal est de 2200 kilomètres. A tout cela, les ingénieurs de MiG ajoutèrent un radar. Et pas n’importe lequel. A partir de la version MiG-31B, le MiG-31 se vit équiper du tout premier radar à balayage électronique, le Zaslon-A, développé par Phazotron. Ce Zaslon, capable de suivre dix pistes et d’en engager quatre simultanément, capable également de regarder vers le bas et vers l’arrière de l’appareil, rend le Foxhound infiniment plus redoutable que ses prédécesseurs. Chaque MiG-31 reçut aussi une liaison de données APD-518, pouvant le relier non seulement aux stations au sol, mais aussi aux AWACS soviétiques et à d’autres MiG-31. Avec un tel équipement, il n’est pas étonnant que, malgré un blackout très étanche, les rares informations parvenues à l’Ouest aient pu paraître aussi inquiétantes aux responsables militaires et politiques occidentaux. Mais ce n’était pas le pire. Dans la grande tradition soviétique, chaque appareil ou presque dispose d’un type de missiles particulier. Et les intercepteurs à long rayon d’action ont toujours disposé des missiles les plus gros et les plus performants. En plus d’un canon GSh-6-23 de 23 mm, le MiG-31 peut emporter sa charge mortelle sous quatre points d’emport sous le fuselage, et deux autres sous les ailes. Son arme principale est le R-33 (AA-9 Amos), capable de porter jusqu’à 120 kilomètres. Quatre exemplaires sont en général transportés sous le fuselage. En complément, deux autres missiles de moindre portée sont emportés : soit des AA-6 Acrid, soit des AA-8 Aphid ou AA-11 Archer très courte portée. Il est prévu que le AA-12 Adder puisse aussi être intégré au MiG-31.

En 1991, le MiG-31 équipait uniquement les unités aériennes soviétiques. A la chute de l’URSS, la Russie récupéra la majorité des appareils, seule une quarantaine d’entre eux intégrant l’armée de l’air du Kazahkstan. Appareil coûteux à l’usage, le Foxhound a particulièrement souffert de la chute des budgets militaires. De nombreux exemplaires sont aujourd’hui stockés, faute de mieux, même si depuis le début des années 2000, des ressources accrues ont été dégagées afin de les remettre en état de vol. On estime à l’heure actuelle qu’un peu moins de 300 MiG-31 sont opérationnels en Russie, et une centaine supplémentaire placée en réserve. D’autres sources évoquent seulement 100 à 150 appareils opérationnels. Aucun appareil n’a été exporté, malgré quelques tentatives durant les années 1990 (Inde, Israël, récemment Syrie). En 1992, la Chine fit l’acquisition d’une licence de production portant sur 700 exemplaires, mais il semble qu’elle n’en pas fait usage. Le MiG-31 conserve à l’heure actuelle toute son utilité, et des variantes plus modernes sont actuellement développées par MIG, dans l’espoir d’une modernisation des appareils encore en service. Récemment, le Kazahkstan a accordé à MIG un contrat de modernisation portant sur vingt appareils à passer au standard MIG-31BM. Ce standard, déjà envisagé au début des années 2000, et écarté par manque de fonds, tendrait à refaire surface. A l’heure actuelle, il semble qu’il y ait une demie-douzaine d’appareils au sein des forces aériennes russes. Au total, un peu plus de 500 appareils auront été produits.

Variantes principales :

- MiG-31 Foxhound-A : première version de série, produite à environ 325 exemplaires, tous modernisés depuis au standard MiG-31BS
- MiG-31B : version très nettement améliorée, avec radar Zaslon-A, missiles R-33 et perche de ravitaillement en vol ; le standard MiG-31BS correspond aux appareils de première génération modernisés à ce standard
- MiG-31D : destiné à la lutte anti-satellites, deux prototypes construits
- MiG-31E : destiné à l’export, avec des capacités dégradées ; aucune vente
- MiG-31M Foxhound-B : apparaît en 1991, mais en développement depuis le milieu des années 1980. Nouveau radar Zaslon-M ( pouvant engager six cibles à la fois ), avionique modernisée, missiles R-37 et R-77. Sept à quatorze exemplaires produits avant 1995
- MiG-31BM : refonte proposée par MAPO-MiG, radar modifié Zaslon-AM ( fonction cartographique et mode de suivi de terrain permettant les tirs air-sol, capable de suivre 24 cibles et d’en engager 10 simultanément ), nouveau cockpit et système de navigation GLONASS, missiles améliorés ( K-37M, K-73M, K-77-1, R-33S… ). Standard accepté par l’armée de l’air russe, ralenti par le manque de financements.

Repères

Type: Intercepteur à long rayon d'action

1er vol du prototype: 16 septembre 1975

Mise en service: 1983

Pays d'origine

Ex-URSS

Ex-URSS


Pays utilisateurs

Russie, Kazakhstan.

Plan 3 vues

Plan 3 vues MiG-31 Foxhound

Données techniques

  • Version : MiG-31 Foxhound
  • Motorisation : 2 Perm D-30F6
  • Puissance : 2x 15 500 kgp en PC
  • Envergure : 13,40 m
  • Longueur du fuselage : 22,60 m
  • Hauteur au sol : 6,10 m
  • Surface alaire : 61,60 m²
  • Masse à vide : 21 830 kg
  • Masse maximale : 46 200 kg
  • Plafond pratique : 20 600 m
  • Distance franchissable : 2 200 km
  • Vitesse maximale : 3000 km/h
  • Equipage : 1 pilote + 1 navigateur

Profil

Profil MiG-31 Foxhound

Photos du MiG-31 Foxhound

MiG-31 Foxhound


MiG-31 Foxhound

Vidéos du MiG-31 Foxhound







23 commentaires

Laisser un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.