Mikoyan-Gourevitch MiG-17 Fresco

Développement logique du MiG-15 Fagot, le MiG-17 Fresco fut conçu pour améliorer le concept, notamment aux vitesses les plus élévées. En effet, à grande vitesse, le MiG-15 s’avérait une plate-forme de tir très instable, et il était aussi dangereux pour ses pilotes, notamment lorsqu’ils étaient peu entraînés. A vitesse transsonique, il pouvait même se cabrer et partir en vrille, ce qui évidemment, dans le cadre d’un combat aérien, était en général fatal à l’appareil. Il fallait donc corriger les défauts du MiG-15 tout en parvenant à un nouvel appareil encore plus performant. Le fuselage du Fagot fut très légèrement agrandi (d’environ 90 centimètres) ainsi que son empennage vertical mais c’est surtout l’aile qui reçut les plus grandes attentions : la flèche passa de 35 à 45 degrés et l’épaisseur des ailes fut réduite. Ainsi rendu plus stable à grande vitesse, le MiG-17 y gagna aussi en vitesse. Lors des phases en piqué, il pouvait frôler le mur du son, voire le dépasser légèrement. Doté au départ du même moteur que le MiG-15, le Fresco reçut à partir de sa version MiG-17F un VK-1F à postcombustion. Enfin, le MiG-17 était tout aussi lourdement armé que son prédecesseur, les premières versions étant équipées d’un canon N-37 de 37 mm (40 obus) et de deux canons NR-23 de 23 mm (80 obus chacun), chacun pouvant tirer des munitions largement capables de porter de sérieux dommages à n’importe quel appareil occidental.

Les tout premiers appareils produits sortirent trop tard des chaînes de production pour participer à la guerre de Corée. Cela permit aux Soviétiques de moderniser rapidement leurs appareils. Le MiG-17 Fresco-A fut rapidement suivi du MiG-17F Fresco-C, doté du VK-1F. Le MiG-17P Fresco-B fut le premier MiG-17 à embarquer un radar Izumrud (code OTAN : Scan Odd) qui lui procura des capacités tout-temps limitées. Le MiG-17PF Fresco-D, doté du radar et du VK-1F, constitua un tournant dans la carrière du MiG-17. Le MiG-17PM/PFU Fresco-E fut la seule variante à être équipé de quatre missiles, des AA-1 Alkali, voire des AA-2 Atoll. Il exista aussi une version de reconnaissance, le MiG-17R, dont le canon de 37 mm était remplacé par une caméra. Chaque MiG-17 pouvait, en plus de ses canons, emporter 500 kg de charge extérieure. Il est à noter que les MiG-17 équipés de radar emportaient un canon de 23 mm supplémentaire à la place du N-37.

Les MiG-17 ne déçurent pas les espoirs des Soviétiques. Tout comme les MiG-15 en Corée, ils constituèrent une très désagréable surprise pour les pilotes des forces aériennes des Etats-Unis, engagées cette fois au Vietnam. Bien qu’étant déjà assez ancien à cette époque, le Fresco s’avéra un adversaire redoutable, capable d’envoyer au tapis n’importe quel appareil de conception occidentale. Très maniable, et ce bien que n’étant pas dotés de systèmes hydrauliques (ce qui faisait reposer toutes les manoeuvres sur la seule force physique du pilote), le MiG-17 était aussi, de par sa taille, difficile à détecter et à toucher. Il bénéficia aussi de la qualité de ses pilotes, un certain nombre de pilotes nord-vietnamiens parvenant à atteindre le statut d’as. Leur armement lourd leur permit à de nombreuses reprises d’abattre des bombardiers bien plus gros qu’eux, mais aussi des chasseurs modernes, comme des McDonnell Douglas Phantom ou des Vought F-8 Crusader. Les pilotes états-uniens en vinrent même à considérer le MiG-17 comme un adversaire plus dangereux que le MiG-21 plus récent. Outre les cieux du Vietnam, les Fresco servirent aussi lors de la guerre civile au Nigéria, durant les affrontements entre la Chine populaire et Taïwan, et dans plusieurs ” incidents ” opposant appareils occidentaux et communistes. Enfin, de nombreux pays arabes mirent en ligne le Fresco contre Israël. En URSS, son pays d’origine et plus gros utilisateur, le MiG-17 fut progressivement relegué à des missions secondaires mais cependant importantes, telles que l’entraînement des pilotes, les essais d’armement ou l’observation d’artillerie. Mais l’appareil garda toute son importance au sein de forces aériennes plus réduites, notamment dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

Au total, près de 10000 exemplaires du MiG-17 ont été produits, en URSS, mais aussi en Pologne (sous la dénomination Lim-5 et Lim-5P), en Tchécoslovaquie (S-104) et en Chine populaire (Shenyang J-5 et JJ-5 biplace), ce dernier pays exportant ses propres appareils à partir des années 1960. De nombreux appareils sont encore plus ou moins en service aujourd’hui, notamment au Soudan et en Corée du Nord. Les appareils albanais quant à eux ont été retirés du service et sont proposés à la vente.

Repères

Type: Chasseur

1er vol du prototype: janvier 1950

Mise en service: 1952

Pays d'origine

Ex-URSS

Ex-URSS


Pays utilisateurs

Afghanistan, Mongolie, Somalie, Albanie, Algérie, Angola, Bulgarie, Congo, Cuba, Guinée, Guinée-Bissau, Madagascar, Mali, Mozambique, Corée du Nord, Sri Lanka, Russie, Chine, Pologne, Tchécoslovaquie.

Plan 3 vues

Plan 3 vues MiG-17 Fresco

Données techniques

  • Version : MiG-17F Fresco-C
  • Motorisation : 1 Klimov VK-1F
  • Puissance : 3380 kgp
  • Envergure : 9,63 m
  • Longueur du fuselage : 11,26 m
  • Hauteur au sol :
  • Surface alaire : 22,60 m²
  • Masse à vide : 3 930 kg
  • Masse maximale : 6 075 kg
  • Plafond pratique : 15 000 m
  • Vitesse maximale : 1145 km/h
  • Equipage : 1 pilote

Profil

Profil MiG-17 Fresco

Photos du MiG-17 Fresco

MiG-17 Fresco


MiG-17 Fresco

Vidéos du MiG-17 Fresco





Commentaires des internautes

Laisser un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.