BTR-90

Description

L’armée soviétique apprit beaucoup de choses durant la Seconde Guerre Mondiale. Une des leçons qu’elle tira de ce conflit fut la nécessité d’accroître son parc de véhicules de transports de troupes. En effet, malgré l’aide massive apportée par les Alliés et sa propre production, les soldats de l’Armée Rouge n’avaient souvent comme seul moyen de locomotion que leurs pieds… ou les tourelles des chars T-34 où ils s’accrochaient par grappe. Cette solution permettait certes de fournir des troupes d’accompagnement aux unités blindées, mais elle avait le terrible inconvénient d’être très meurtière, un Panzerfaust ou un obus de passage ayant vite fait de faucher char et infanterie. Aussi, dès la fin de la guerre, les Soviétiques se penchèrent sur le problème. Au fil des années, suivant (voire anticipant) l’évolution de la pensée militaire, ils passèrent du simple transport au véhicule de combat, de l’autobus à la machine de guerre. Les véhicules de la série BTR ont suivi ce schéma. Le BTR-90 descend en droite ligne d’une longue lignée de transporteurs blindés, depuis les BTR-40 et les BTR-152, en passant par les BTR-50 puis 60 ( ce dernier offrant l’avantage inestimable, à partir de la version 60P, de disposer d’un compartiment arrière fermé ) puis enfin aux BTR-70 et BTR-80. Des dizaines de milliers de ces véhicules servirent au sein des armées du Pacte de Varsovie et de leurs alliés plus ou moins proches, chaque génération apportant son lot d’améliorations. Il apparut donc normal aux Soviétiques de monter encore en gamme, avec le BTR-90. La crise étant passé par là, et bien qu’un prototype ait été construit en 1994, les premiers véhicules de série ne furent produits qu’à partir de 2007. On ignore encore le nombre exact de BTR-90 actuellement en service. Toujours est-il que ce véhicule est un concurrent sérieux pour ses congénères occidentaux ou chinois, comme le VBCI de Nexter ou le Piranha suisse.

Véhicule 8 x 8, dans la grande tradition soviétique (et avant elle, allemande), le BTR-90 est un transport à roues, au contraire des BMP et des BMD chenillés. Il dispose toutefois de bonnes capacités tout-terrain en plus de sa grande mobilité. Beaucoup plus lourd que le BTR-80 ( 13,6 tonnes ), le 90 est aussi plus gros et mieux protégé. Sa coque faite de plaques d’acier est réputée résister à des balles de 14,5 mm, du moins à l’avant du véhicule. On peut à la demande des utilisateurs rajouter des plaques supplémentaires ou un blindage réactif. La protection contre les mines serait meilleure que sur le BTR-80, en raison de la disposition en V de sa caisse. En revanche, l’absence de portes à l’arrière ( la place du moteur ) rend vulnérable les sept fantassins transportés au moment de leur sortie : il n’y a que des trappes de toit et sur les flancs. On peut cependant dire au final que le BTR-90 est plus sur pour ses occupants que tous ses prédecesseurs. L’armement répond à une tradition bien entretenue à l’est de la Vistule : on peut parler d’un véritable arsenal. Le BTR-90 dispose du canon de 30 mm du BMP-2, et d’une mitrailleuse coaxiale. Il peut en outre recevoir un redoutable lance-grenades automatique AGS-17 Plamya de 30 mm. Enfin, monté sur le côté de la tourelle, on trouve un lance-missiles anti-chars AT-5 Konkurs, dont chacun des quatre missiles est en mesure de mettre sérieusement à mal n’importe quel char de bataille. Il est à noter que ce lance-missiles peut être retiré de la tourelle, en vue d’un usage au sol, ce qui peut permettre à des groupes de soldats de renforcer leur propre puissance de feu ou de défendre une position menacée. En plus de cela, les trappes de tir réparties le long des flancs du BTR-90 permettent aux fantassins d’utiliser leurs propres fusils d’assaut sur toutes les cibles passant à portée de leurs armes. Au total, le BTR-90 est à priori tout à fait cabale de se défendre seul, contre à peu près toutes les menaces existant au sol.

Avec son puissant moteur, le BTR-90 est capable d’atteindre les 100 km/h sur route. Il est également totalement amphibie sans préparation, dans la droite ligne de nombre de BTR. Il se propulse à 9 km/h dans l’eau, grâce à deux hydrofoils. Naturellement, il est aérotransportable, peut recevoir une protection NBC et une climatisation. En configuration de transport de fret, il serait capable d’emporter pas moins de 7 tonnes de matériels. D’autres options sont disponibles, notamment un système d’imagerie thermique. Toutes ces qualités en font un redoutable concurrent sur le marché de l’exportation. Si aucune commande n’a encore été passée, on sait que des pays comme l’Azerbaidjan, l’Irak ou la Malaisie sont intéressés. Une version encore mieux armée du BTR-90 est également disponible, le BTR-90M. Ce dernier véhicule a reçu la tourelle du BMP-3, son canon de 100 mm, son deuxième canon de 30 mm et sa mitrailleuse de 7,62 mm. Utilisé dans des missions d’appui-feu, au profit de ses congénères BTR-90, il pourrait lui aussi se révéler dangereux au combat.


Repères

Russie

Russie

Caractéristiques

  • Type : Véhicule de combat d'infanterie
  • Constructeur : Arzamas
  • Distance franchissable : 800 km
  • Vitesse max. : 100 km/h
  • Motorisation : 1 Diesel de 510 ch
  • Poids : 20.9 tonnes
  • Longueur : 8 m
  • Largeur : 3,20 m
  • Hauteur : 3 m
  • Equipage : 3 + 7 personnels
  • Armement :
    - 1 canon Shipunov 24A2 de 30 mm
    - 1 mitrailleuse coaxiale PKTM de 7,62 mm
    - 1 lance-missiles anti-chars 9K113M Konkurs-M / AT-5

  • Unités en service : Russie (quelques dizaines d'exemplaires)
  • Nombre total d'unités produites :

Photo du BTR-90

Photo du char BTR-90

Schéma

Schéma du char BTR-90

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.